Contenu principal

Personnes en situation de handicap au défi des droits et libertés

Le livre "Personnes en situation de handicap au défi des droits et libertés", récemment publié par Chronique Sociale, aborde la question de l'accompagnement des personnes handicapées par le prisme des droits fondamentaux. 

Son auteur, Bruno Gaurier, répond à nos questions :

Quels constats ont mené à la réflexion sur les questions abordées dans l'ouvrage ?

Durant toute l’histoire, les personnes en situation de handicap ont été approchées non comme des personnes ayant des droits, mais à partir de leurs besoins avec des réponses pratiques à donner. Or aujourd’hui, les personnes demandent à être reconnues, comme tout un chacun, comme citoyennes à part entière, sur la base de l’égalité des droits avec tous les autres, à commencer par les Droits de l’Homme.
Ensuite de quoi, effectivement, et au nom de leurs droits, elles expriment leurs besoins, auxquels la société se doit de répondre au nom de la solidarité.
Elles veulent être non pas « servies », mais auteur, co-auteur des services dont elles ont besoin, tant dans leur vie intime et personnelle que dans les actes quotidien de la vie, que dans la vie sociale.
Ceci s’exprime de la sorte dans le monde entier, et c’est bien ainsi que les politiques européennes tendent à développer leur approche.  

Comment ce travail a-t-il été réalisé ? Quels partenariats ont été mis en place ?

C’est l’Assemblée générale du Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE – regroupant les principales associations nationales du handicap) qui, en avril 2016, a pris la décision de constituer un groupe de travail ouvert, ayant pour objet de définir une approche claire à mettre en œuvre, et ce, pour toutes les associations de personnes handicapées et de leurs familles en France dans le cadre du mouvement européen des personnes handicapées. Ce travail a été conduit par une personne extérieure au groupe, de façon particulièrement soutenue, sans discontinuer, sur environ 18 mois.

Nous avons notamment reçu, longuement, une vingtaine de représentants de grandes organisations, à la fois du champ et hors-champ du handicap, à la fois françaises et venant d’autres pays européens, ce qui nous semblait essentiel… 

Quels sont les grands sujets abordés ?

Nous proposons dans cet ouvrage, tout d’abord, une rapide rétrospective historique, montrant précisément comment, au niveau national, cette question des droits fondamentaux est devenue une évidence, grâce au regard venant notamment des pays nordiques et anglo-saxons.

Puis ensuite, nous partons de la vie quotidienne des personnes, de leurs droits, puis, découlant de ces droits, de leurs besoins tels qu’elles les expriment elles-mêmes ou par le biais de leurs familles et représentants.

Nous développons largement la nécessité d’ouvrir notre regard non seulement sur nous-mêmes mais sur tous les lieux d’où peuvent nous venir d’autres éclairages : la nécessité d’une ouverture aux autres mouvements sociaux et sociétaux : nécessité absolue de travailler tous ensemble pour une société ouverte à tous. On dit aujourd’hui une « société inclusive » ; sans doute, mais nous préférons à ce mot un peu fourre-tout parler d’une société ouverte à tous, n’excluant personne, solidaire et fraternelle.

A côté de la liberté et de l’égalité, il y a la fraternité, le vivre-ensemble : une exigence première pour notre temps. Les personne en situation de handicap ont beaucoup à en dire.

D'après-vous, quels éléments de réponse l'ouvrage peut-il apporter ?

Il s’agit moins d’apporter des réponses que de poser les bonnes questions. Construire une société ouverte à tous, c’est, de fait, s’interroger en permanence à partir du regard de l’autre, des autres sur nous, et d’une réciprocité de ces regards. Les réponses appartiennent à tous et à chacun qui doit les « inventer » en permanence.

Moyennant quoi, nous demandons très clairement aux autorités et aux élus de nous écouter : ils ne peuvent pas parler à notre place. Nous sommes les premiers dépositaires d’une véritable expertise sur notre vie et sur nos requêtes. Nous demandons très clairement à entrer dans le concert de toutes les rencontres, de toutes les consultations : sur la base de nos droits fondamentaux, à l’égal de tous les autres.
Nous espérons donner aux associations, par un tel ouvrage, non pas un mode d’emploi à agiter pour que des solutions tombent de la boite comme d’une boite de médicaments, mais quelques clés permettant d’aborder la situation, les situations auxquelles nous sommes chaque jour confrontés et les problématiques contemporaines dans une société qui se complexifie, qui s’individualise, et qui parfois en vient à ignorer la nécessité de développer un véritable vivre-ensemble. Que le monde se construise en se faisant accessible à tous : nous parons à cet égard de conception et d’accessibilité universelles.

Commander l'ouvrage. 

Liens de bas de page